Phraséologie & genres textuels : le cas du roman médiéval

Projet porté par Julie Sorba, Lidilem

Notre projet s’inscrit dans une démarche originale associant linguistique de corpus outillée et études médiévales. Il participera de ce fait au rayonnement de la communauté grenobloise sur la scène nationale et internationale dans le domaines de Humanités numériques. Pour le mettre en oeuvre, le travail conjoint de deux équipes grenobloises sera nécessaire. La première sera supervisée Julie Sorba (linguiste, maître de conférence UGA, LIDILEM, porteuse du projet) et la seconde par Corinne Denoyelle (spécialiste de littérature médiévale, maître de conférences UGA, UMR 5316 Litt&Arts). 

Le français médiéval tel qu’il apparaît dans les documents écrits conservés, littéraires ou non, se caractérise par son style formulaire, c’est-à-dire les expressions stéréotypées récurrentes structurant les textes médiévaux. Leur emploi a été, depuis longtemps, relié à l’oralité originelle de la littérature médiévale, celle-ci ayant toujours transité à un stade ou à un autre de sa production ou de sa réception par la voix, la communication parlée se caractérisant par une plus grande redondance que la communication écrite (Zumthor 1987 : 216). L’objectif de notre projet est de repérer et d’étudier les unités phraséologiques structurant précisément le genre romanesque médiéval en prose.

Les outils de traitement numérique des textes permettent une approche renouvelée de cette question. Là où des études empiriques avaient constaté des emplois contrastés des formules selon les genres littéraires, la lingustique de corpus outillée permet de repérer d’autres phénomènes phraséologiques qui ne se cantonnent plus au syntagme et à la phrase (Legallois et Tutin 2013 : 3). Ainsi, cette conception étendue de la phraséologie ne considère plus ses objets comme des phénomènes marginaux mais bien centraux dans les modèles linguistiques qui postulent un principe phraséologique de la langue (« the idiom principle » selon Sinclair 1991). Les études internationales menées depuis une vingtaine d’années dans ce champ montre que l’appartenance d’un texte à un genre conditionne les variations lexicales, morphosyntaxiques et discursives qui s’y trouvent en comparaison avec d’autres genres. Les analyses pionnières dans les corpus littéraires anglais ont révélé, en particulier, les spécificités lexicales des textes de fiction (Biber 1993). Ces études soulignent que les genres de textes se distinguent par des séquences lexicales et grammaticales qu’ils renferment (Malrieu & Rastier 2001, Stubbs & Barth 2003, Rabatel & Magri-Mourgues 2015). Ces patrons lexicaux et grammaticaux spécifiques créent une impression de « littérarité » dans les textes de fiction anglais de la seconde moitié du XXe siècle (Siepmann 2015) et peuvent contribuer à caractériser des genres littéraires comme le roman et le récit de voyage (Diwersy & Legallois 2016) ou le roman policier (Muryn et al. 2016). Inédites par l’ampleur des corpus traités, ces études visent à refonder, ou à tout le moins à affiner, la distinction intuitive et empirique qui classe les textes en genres.

Ces travaux s’inscrivent dans la lignées des réflexions plus globales menées sur la structuration des textes en genres qui posent clairement que tout locuteur/lecteur met en oeuvre une compétence cognitive qui se manifeste par une intuition pour catégoriser les différentes productions linguistiques qu’il rencontre (Van Dijk 1972 : 297-298). Le classement générique des textes est certainement l’un des tous premiers classements auquel procèdent les locuteurs d’une même communauté discursive (Adam 2011).  Sur quels critères les locuteurs s’appuient-ils donc pour opérer le classement générique d’un texte ? Selon Bronckart, les unités linguistiques qui y sont empiriquement observables sont le seul critère aisément objectivable : « Quel que soit le genre dont ils relèvent, les textes sont en effet composés, selon des modalités très variables, de segments de statuts différents (segments d’exposé théorique, de récit, de dialogue, etc.). Et c’est au seul niveau de ses segments que peuvent être identifiées des régularités d’organisation et de marquages linguistiques » (1997 : 138).

Dans cette lignée, des travaux récents ont montré quelques motifs spécifiques dans le thriller contemporain (Gonon et al. 2016) et dans les romans sentimentaux (Legallois, Charnois et Poibeau 2016). La notion de « motif », introduite depuis quelques années, en textométrie à partir de travaux portant sur le corpus des historiens latins fouillé par le logiciel Hyperbase (http://ancilla.unice.fr/), a été initialement conçu comme « un cadre accueillant un ensemble de paramètres à définir et susceptibles de caractériser les divers textes d’un corpus »  (Longrée, Luong & Mellet 2008 : 735). Le motif est ainsi conçu comme «¹une unité phraséologique englobante » permettant de mettre en évidence des spécificités textuelles (Longrée & Mellet 2013).
La linguistique de corpus outillée peut désormais dépasser le stade de syntagme pour l’étude des phénomènes phraséologiques. Ces nouveaux éléments permettront de contribuer à l’élaboration d’une « théorie opératoire des genres » dont Rastier souligne la demande sociale croissante (2011 : 72).

Page du projet sur le site du laboratoire : https://lidilem.univ-grenoble-alpes.fr/node/16/axes-recherche/axe-1/projets-axe-1/phraseologie-et-genres-textuels-cas-roman-medieval

Présentation du 10/12/18