Nommer les Arbres au Moyen Âge (NAMA)

Projet porté par Fleur Vigneron, Litt&Arts

Les moyens numériques sont susceptibles de mettre en valeur les études lexicales et de favoriser une exploitation nouvelle. Ayant travaillé sur les arbres (article p. 19-32 in : L’Arbre au Moyen Âge, dir. V. Fasseur, D. James-Raoul et J.-R. Valette, Paris, PUPS, 2010) et ayant participé au programme ANR TRANSMEDIE (2006-2009) qui lui a donné l’occasion de se pencher sur les Synonyma (textes médiévaux proposant des listes de synonymes des plantes), Fleur Vigneron propose de tester une navigation par graphe, en concentrant le propos sur les synonymes des noms des arbres. Une navigation par graphe a l’intérêt de mettre en relief les mots qui déploient une synonymie, contrairement à d’autres, invitant par la suite les chercheurs à interroger ce phénomène sur le plan de la langue, du contexte culturel et de l’imaginaire. Le mode de présentation favorisera peut-être une pensée arborescente mettant plus nettement en lumière des aspects qui risquent de passer inaperçus dans un tableau ou dans une série de fiches, arbre par arbre, en ordre alphabétique.

Sous la direction de Fleur Vigneron, une équipe a été mise en place pour mener à bien le projet NAMA (Nommer les Arbres au Moyen Âge) : Alice Laforêt (Conservatrice des bibliothèques, BnF, auteur d’une thèse de l’École des Chartes sur les arbres, dir. M. Pastoureau) et Pauline Leplongeon (Docteur en histoire, auteur d’une thèse sur la noix et le noyer en Occident de l’Antiquité au XVIIIe s., dir. M. Pastoureau). Alice Laforêt a dépouillé plusieurs herbiers, Pauline Leplongeon s’est consacrée à divers glossaires, tandis que Fleur Vigneron a coordonné l’ensemble et examiné le Livre des prouffitz champestres et ruraulx (traduction française du Liber ruralium commodorum de Pietro de’ Crescenzi), le Livre des propriétés des choses (traduction française par Jean Corbechon du Liber proprietatibus rerum de Barthélemy l’Anglais) et les Problèmes d’Aristote d’Evrart de Conty. Le site propose une bibliographie des sources, prenant en compte un corpus qui s’étend du XIIIe au XVe siècle.

Il s’agit de travailler principalement sur la langue française, sans toutefois oublier le bilinguisme si important à l’époque médiévale, le latin tenant une place fondamentale. Certains textes envisagés étant de plus grande ampleur que le strict glossaire, il a semblé intéressant et novateur de rendre compte également de la perception médiévale de groupes d’arbres, lorsqu’un auteur en fait état. En effet, le nom d’un arbre s’accompagne parfois de considérations le faisant ressembler à tel autre arbre, ce qui aboutit à constituer de petites « familles » de deux ou trois arbres. Les traités mentionnent aussi de temps à autre un arbre comme étant une manière de tel autre arbre et le graphe matérialise ces rapports, que les chercheurs ont encore peu explorés.

Enfin, ce travail est en lien avec le Dictionnaire du Français Scientifique Médiéval dirigé par Joëlle Ducos (DFSM ; voir le site : http://www.dfsmed.fr/). De 2011 à 2014, Fleur Vigneron a participé au programme ANR Crealscience dont le but était la création de ce dictionnaire, projet qui se poursuit, après la réalisation du travail sur A, B et C. Ce partenariat permettra, en cliquant sur le nom d’un arbre dans le graphe de NAMA, d’avoir accès à la fiche du DFSM pour les informations d’ordre botanique et agronomique, à savoir : l’étymologie, la liste des variantes graphiques, une définition et d’éventuelles notes encyclopédiques. Le projet NAMA propose ainsi un inventaire très complet, sans oublier les limites du sujet, car les cas frontières de végétaux présentés comme arbrissel ou arbret ne sont pas écartés, de façon à permettre aux chercheurs d’interroger les marges, démarche qu’on espère enrichissante pour cerner au mieux ce qu’est un arbre pour l’homme médiéval.

Présentation du 10/12/18