ENCHRE : Édition numérique des cahiers et carnets d’Henri Régnier

Projet porté par Bernard Roukhomovsky (Litt&Arts)

• CORPUS
Les milliers de notes consignées par Henri de Régnier, durant un demi-siècle (1887-1936), sur ses cahiers intimes – et, de façon plus ponctuelle, sur ses carnets de voyage et calepins divers – n’étaient pas destinées à la publication. C’est à bien des titres cependant qu’elles se recommandent à l’attention. Témoignage éminemment précieux sur la vie de celui qui fut l’une des figures les plus en vue de la génération symboliste et de la Belle Époque, mais aussi sur la vie littéraire, artistique et mondaine de son temps, elles forment un objet textuel au statut singulier, en ce qu’il relève à la fois – alternativement ou simultanément – de l’écriture au fil des jours du diariste, du genre des pensées détachées à la manière des moralistes, du recueil de bons mots ou du cahier d’esquisses… Et si elles sont bien plus – et tout autre chose au fond – qu’un avant-texte, elles n’en constituent pas moins la matrice secrète d’une œuvre protéiforme, et par là même une voie d’accès privilégiée à l’étude de celle-ci et de sa genèse.


• ÉTAT DES LIEUX
Si l’édition procurée par David J. Niederauer et François Broche (Les Cahiers inédits, Pygmalion/G. Watelet, 2002) eut l’immense mérite de mettre au jour ce continent enfoui – contribuant ainsi, pour une part importante, au renouveau éditorial et critique dont Régnier semble aujourd’hui bénéficier –, le texte en est malheureusement lacunaire et souvent inexact, et sa présentation matérielle ne permet guère d’en restituer l’architecture.


• PROJET : OBJECTIFS, PARTENARIATS, MÉTHODOLOGIE
Le projet ENCHRE procède initialement de ce constat. Développé en partenariat avec le consortium CAHIER (Huma-Num CNRS), l’Institut de France et la Société des Lecteurs d’Henri de Régnier, il a pour ambition de mettre à la libre disposition du public – et spécifiquement des chercheurs (historiens, généticiens, poéticiens, spécialistes de l’auteur et/ou de la période, de l’écriture pour soi et/ou de soi, etc.) –, à partir d’un texte entièrement révisé (corrigé et complété), une ressource conçue en fonction des multiples enjeux (biographique, historique, génétique, générique, etc.) qui en font l’intérêt.
Le choix d’une édition numérique (et le protocole d’encodage élaboré) permettra de proposer en parallèle deux transcriptions distinctes (et répondant à des usages complémentaires) : une transcription semi-diplomatique des manuscrits originaux – eux-mêmes accessibles via des liens vers les bibliothèques numériques de la BnF et de l’Institut  ; une transcription linéarisée conçue pour en améliorer – voire pour en rétablir – l’intelligibilité, chaque fois que nécessaire (ponctuation logico-syntaxique inexistante ou défectueuse, abréviations pour soi ou mots inachevés, etc.) et dans la mesure du possible.
L’objectif est également de favoriser la valorisation et l’exploitation du corpus par la constitution d’un apparat critique et d’un gisement riche de métadonnées conçus en cohérence avec les axes de recherche identifiés. L’accent portera spécialement : sur les faits d’intratextualité – repérage et typologie des cas de réemplois (à l’identique ou non, immédiats ou différés, programmés ou inopinés, massifs ou ténus, avérés ou probables…) dans les œuvres publiées ; sur l’information historique et biographique – sans préjudice des questions soulevées par la chronologie de l’écriture (et par la datation aléatoire des notes) et/ou par celle des événements rapportés (explicitement ou allusivement).
La méthodologie retenue consistera à associer le travail éditorial (et l’affinement progressif des options mises en œuvre) avec une réflexion pluridisciplinaire (au point de contact entre problématiques éditoriales, enjeux philologiques et perspectives d’études littéraires) destinée à l’orienter chemin faisant et susceptible de s’en nourrir en retour. Cette réflexion s’inscrira dans le cadre d’un cycle de journées d’étude (« Une édition numérique des Cahiers d’Henri de Régnier : pourquoi ? comment ? »), à raison d’une tous les deux ans (la première se tiendra à l’Université Grenoble Alpes en novembre 2018), et dans le temps long d’un chantier pluriannuel dont un colloque international permettra pour finir de dresser le bilan.